enclouer


enclouer

enclouer [ ɑ̃klue ] v. tr. <conjug. : 1>
• fin XIIe; de en- et clou
1Blesser avec un clou (un animal qu'on ferre).
2(XVe) Procéder à l'enclouage de (un canon).
3(1948) Chir. Maintenir (des os fracturés) par le procédé de l'enclouage.

enclouer verbe transitif Fixer avec des clous : Enclouer une porte pour la condamner. Pratiquer un enclouage. Provoquer une enclouure.

enclouer
v. tr.
d1./d Blesser avec un clou (une bête, en la ferrant).
d2./d CHIR Maintenir par enclouage les fragments d'un os fracturé.

⇒ENCLOUER, verbe trans.
Enfoncer un clou dans une chose.
A.— [De manière à fixer cette chose] MÉD. Maintenir (une fracture) par un clou. Une petite incision permet l'introduction du clou au point d'élection (...) et la fracture est enclouée à distance (JUDET, Fractures membres, 1948, p. 4).
P. anal. Percer une chose et la fixer comme ferait un clou. Il [le général] cria un ordre : en deux vastes cliquetis, les baïonnettes surgirent au-dessus des régiments. Je m'aperçus alors d'une chose étrange : chacune enclouait un bouquet (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 33).
B.— [De manière à immobiliser et à rendre inutilisable cette chose] :
1. Une trappe dans le plafond de la pièce (...) fermait cet escalier. Rouletabille demanda un marteau et des clous et encloua la trappe. Cet escalier devenait inutilisable.
G. LEROUX, Le Parfum de la dame en noir, 1908, p. 82.
ARTILL. Mettre un canon hors d'usage, en faisant pénétrer dans la lumière un gros clou d'acier. Sérurier brûla ses affûts et ses plates-formes, jeta ses poudres à l'eau, enterra ses projectiles, encloua ses pièces, et leva le siège de Mantoue (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 530).
P. anal. Empêcher le fonctionnement d'un objet en y faisant pénétrer quelque chose. L'armoire, plaquée contre la porte (dont la serrure est elle-même enclouée par un crayon), je la leste de tout ce qui me tombe sous la main. La table, le lit, les chaises viennent l'épauler. Dans ces conditions, à moins d'employer le bélier, il est à peu près impossible d'entrer dans ma chambre (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 194).
Au fig. Tenir en échec, empêcher tout développement, tout épanouissement; réduire au silence quelqu'un. Mutilés, un prestige mauvais leur reste de tous les Waterloo où la force a encloué leurs illusions et dispersé leurs rêves (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 168) :
2. Tout est fini pour nous avec La Chênaie et l'avenir qui nous y attendait. Vous devez savoir tout ce qui s'est passé et comment on est parvenu à enclouer, passez-moi l'expression, le plus beau génie de notre âge.
M. DE GUÉRIN, Corresp., 1834, p. 130.
C.— [De manière à endommager cette chose] MÉD. VÉTÉR. et usuel. Piquer, par maladresse, un cheval jusqu'au vif avec un clou, quand on le ferre. Le maréchal a encloué ce cheval (d'apr. Ac.).
Emploi pronom. Mon cheval s'est encloué. Mon cheval a rencontré, en marchant, un clou qui lui entre dans le pied (d'apr. Ac.).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Encloué, ée, part. passé. ) [À valeur adj.] Muet. Il reste ahuri, éteint, encloué, quand Gautier l'appréhende avec ses terribles familiarités : « Monsieur le Ministre, combien tirez-vous de coups par semaine? » (GONCOURT, Journal, 1867, p. 379). ) [Substantivé] Terme d'injure. Elle entendait une discussion furieuse entre Bec-Salé, dit Boit-Sans-Soif, et cet encloué de père Colombe. En voilà un voleur de patron qui marquait à la fourchette (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 708). À rapprocher peut-être de ,,Gauche, maladroit. Pédéraste`` (FRANCE 1907). b) Enclouter, verbe trans. Synon. de clouter. P. métaph. Sa gueule, encloutée de dents longues et jaunes comme celles du chameau (L. DAUDET, Temps Judas, 1920, p. 91).
Prononc. et Orth. :[], (j')encloue []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIe s. enclöer « clouer » (CLEMENCE DE BARKING, Vie Ste Catherine Alexandrie, éd. W. Macbain, 750); 2. ca 1205 encloer « blesser un cheval avec un clou en le ferrant » (Enfances Vivien, éd. C. Wahlund et H. Feilitzen, 1038); 3. 1461-66 artill. « mettre (un canon) hors d'usage » (J. DE BUEIL, Le Jouvencel, I, 142, Soc. Hist. de Fr. ds GDF.). Dér. de clou; préf. en-; dés. -er. Fréq. abs. littér. :20.
DÉR. 1. Enclouage, subst. masc. a) Méd. ,,Implantation d'un clou dans un os fracturé pour maintenir les fragments osseux en bonne position`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Les enclouages du col du fémur (JUDET, Fractures membres, 1948, p. 21). b) Action d'enclouer un canon. []. 1re attest. 1755 artill. encloüage (Encyclop. t. 5, s.v. enclouer); du rad. de enclouer, suff. -age. 2. Enclouure, subst. fém. a) Blessure du pied du cheval, faite lorsqu'on a enfoncé un clou dans la chair en le ferrant. L'enclouure résulte de la mauvaise direction imprimée à la pointe du clou au moment du ferrage (GARCIN, Guide vétér., 1944, p. 165). b) Au fig. Difficulté qui arrête quelqu'un. Je ris de son erreur [d'un homme], mais (...) il faut la faire voir sans trop la montrer (...) Voilà l'enclouure de la conversation (STENDHAL, Corresp., t. 1, 1800-42, pp. 216-217). On est « ungenug gebildet », et il n'est pas prouvé qu'on soit encore « bildsam ». Voilà l'accroc et l'enclouure. Curiosité circonscrite et culture imparfaite! (...) cela m'inquiète (AMIEL, Journal, 1866, p. 361). []. Ds Ac. 1694-1932. 1res attest. 1174-75 fig. encloëure « difficulté qui arrête » (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 4715), 1600 encloueure « blessure d'un cheval encloué » (O. DE SERRES, 984 ds LITTRÉ); du rad. de enclouer, suff. -ure. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 87. — SLIOSBERG (A.). Considérations sur la trad. méd. et pharm. Ét. Ling. appl. 1973. n° 12, pp. 85-94.

enclouer [ɑ̃klue] v. tr.
ÉTYM. Fin XIIe; de en-, clou, et suff. verbal.
1 Blesser avec un clou (un animal quand on le ferre). Enclouure.
1 Ou il m'envoie une compagnie qui me retient, ou il encloue mes chevaux, ou il me démet une jambe (…)
Guez de Balzac, Œuvres, livre VII, lettre 33.
2 (XVe). Mettre (un canon) hors d'usage en enfonçant un clou dans la lumière. || Enclouer des canons avant de les abandonner à l'ennemi. Enclouage, 1.
Par anal. Interdire (une serrure) en bouchant l'orifice.
2 Enlevez ce crayon qui bloque votre serrure. Je ne peux pas introduire ma clef (…)
Le lendemain matin, (ils) se retrouvaient devant ma porte, dont la serrure était toujours enclouée d'un crayon.
Hervé Bazin, Vipère au poing, p. 186 et 190.
3 Fermer, tenir fermé par des clous. || Enclouer une porte, une trappe.
4 (1948). Chir. Maintenir (des os fracturés) par le procédé de l'enclouage (2.).
CONTR. Désenclouer.
DÉR. Enclouage, enclouure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • enclouer — ENCLOUER. v. a. Piquer un cheval jusqu au vif avec un clou quand on le ferre. Ce cheval est aisé à enclouer. Le Maréchal l a encloué. f♛/b] On dit, qu Un cheval s est encloué, pour dire, qu En marchant il a rencontré un clou qui lui est entré… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • enclouer — Enclouer, Clauo figere, vel configere, Pedem clauo induere. S enclouer, Induere se clauis acutissimis, vel claui mucrone. Cheval encloué, Equus clauatus …   Thresor de la langue françoyse

  • encloüer — Encloüer. v. act. Piquer un cheval jusqu au vif avec un clou quand on le ferre. Ce cheval est aisé à encloüer. le Mareschal l a encloüé, il s est encloüé. Il signifie aussi, Enfoncer de force un clou dans la lumiere d un canon, pour empescher que …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ENCLOUER — v. a. Piquer, par maladresse, un cheval jusqu au vif avec un clou, quand on le ferre. Ce cheval est aisé à enclouer. Le maréchal l a encloué.   Il s emploie aussi avec le pronom personnel, et se dit Lorsqu un cheval rencontre, en marchant, un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENCLOUER — v. tr. Piquer, par maladresse, un cheval jusqu’au vif avec un clou, quand on le ferre. Ce cheval est facile à enclouer. Le maréchal l’a encloué. S’ENCLOUER se dit d’un Cheval qui rencontre, en marchant, un clou qui lui entre dans le pied. Mon… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • enclouer — (an klou é) v. a. 1°   Terme de vétérinaire. Blesser le cheval avec un clou, quand on le ferre. •   Ou il m envoie une compagnie qui me retient, ou il encloue mes chevaux, ou il me démet une jambe, BALZ. liv. VII, lett. 33. 2°   Enfoncer avec… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Enclouer Un Canon — était le nom donné à une pratique de sabotage sur les anciens canons à chargement par la bouche. Elle consistait à introduire à coups de marteau un clou sans tête dans la lumière de mise a feu afin de l obturer. Quand le canon devait être… …   Wikipédia en Français

  • Enclouer un canon — était le nom donné à une pratique de sabotage sur les anciens canons à chargement par la bouche. Elle consistait à introduire à coups de marteau un clou sans tête dans la lumière de mise a feu afin de l obturer. Quand le canon devait être… …   Wikipédia en Français

  • enclouage — [ ɑ̃kluaʒ ] n. m. • 1755; de enclouer 1 ♦ Anciennt Mise hors de service d un canon en enfonçant un clou spécial dans la lumière. 2 ♦ (1930) Chir. Enfoncement d un clou dans les fragments d un os fracturé, afin de les maintenir en bonne position.… …   Encyclopédie Universelle

  • enclouure — [ ɑ̃kluyr ] n. f. • 1175; de enclouer ♦ Vétér. Blessure d un cheval encloué. ● enclouure nom féminin Blessure produite au pied d un animal par un clou de ferrure. ● enclouure (synonymes) nom féminin Blessure produite au pied d un animal par un… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.